Saviez-vous qu’une grande partie de la poussière qui se trouve dans une pièce, que ce soit une chambre ou une salle de classe, est composée de petits fragments de peau humaine ?

La peau représente d’une part:
  • notre système de protection contre l’extérieur, et d’autre part
  • un des moyens pour rentrer en contact avec le monde qui nous entoure, mais également avec notre monde intérieur.
  • C’est un excellent outil de communication entre notre organisme et son environnement, elle est un marqueur psychosomatique très puissant.

Le lien entre psychisme et peau est bien concret et se vérifie scientifiquement :

Il est embryonnaire : la peau, les nerfs et le cerveau ont la même origine embryologique, ils proviennent de l’ectoderme. Ce n’est que dans la troisième semaine du développement de l’embryon, que ces parties vont s’individualiser en cerveau, système nerveux, et ce qui reste à l’extérieur : la peau.

Il est sensoriel : la peau comprend de nombreux récepteurs sensoriels, elle est le plus sensible des organes. On l’appelle aussi “cerveau étalé”. Elle apparait avant les autres organes des sens, et reste en relation avec les autres sens : elle respire, élimine et crée des liens dans tout l’organisme.

La peau reçoit, la peau transmet. La peau vibre et la peau vit. La peau reflète nos émotions.C’est ce dont est convaincu le psychanalyste Didier Anzieu, qui a écrit “Le Moi-Peau” en 1974, date à laquelle la psychanalyse a commencé à s’associer à la dermatologie.Sa thèse : notre personnalité se façonne d’abord par une prise de conscience de notre peau, de cette limite dans l’espace de notre identité.

La peau entre le bébé et sa maman: étape du développement qui va permettre à l’enfant d’accéder à d’autres stades de son évolution psychique, puis à la sexualité.

Ensuite, tout au long de la vie, la peau continuera de refléter les hauts et les bas de notre vie intérieure :

  • le visage rougira sous l’effet de la colère,
  • pâlira sous celui de la peur,
  • le bonheur se lira sur un visage éclatant,
  • alors qu’un teint toujours gris laissera présager un état dépressif.

On considère que 80% des troubles dermatologiques sont à dominante psychologique: Plus le psychisme est en difficulté, plus la peau et son fonctionnement physiologique sont eux-aussi affectés.

Certaines personnes développent une maladie de peau à la place d’une dépression.

Chez les personnes atteintes de psoriasis par exemple, le refoulement de la colère causerait 95 % des cas. En curothérapie, cela peut également lié à certains parasites (invisible à l’oeil nu) qui se nourrissent des peaux énergétiques de chaque corps énergétique.

Voici quelques vidéos sur le sujet:

Si vous avez des questions ou pour prendre rendez-vous, envoyez-moi un email ! 😉

Belle journée à vous !

Baptiste Thérapeute (Harmonisation énergétique des lieux et des personnes, Curothérapie & Tarot de Marseille)